Quelques pistes

Avant de choisir un master, quelques questions importantes :

  • quels sont les domaines d'activité ou les métiers qui m'attirent ?
  • quelles sont les matières que j'ai envie d'étudier ?
  • quelle est la durée du cycle d'études que je vise, avec quel financement ?

En préambule, il faut savoir que la formation en mathématiques est extrêmement valorisée à l'heure actuelle : plus que jamais, les mathématiques sont partout et tous les secteurs d'activité ont besoin de gens qui savent les comprendre et les manipuler. De plus c'est un savoir durable, qui permet de s'adapter au cours d'une vie professionnelle, au contraire d'un savoir-faire dépendant d'une technique qui pourrait être remplacée dans quelques années. On ne perd donc pas son temps en faisant des études de mathématiques.

Pour rejoindre le monde professionnel il faut cependant compléter toute formation théorique par un parcours de spécialisation, pour être en phase avec les attentes concrètes d'un secteur d'activité.

Débouchés naturels

Certains masters ont une perspective académique et sont orientés vers l'acquisition de connaissances très pointues (MF, LMFI, ainsi que les deux parcours dont la deuxième année est portée par Sorbonne Université : PMA, MMod, MO). D'autres ont leur orientation plus directement destinée à l'exercice d'un métier : le spectre reste large, de l'enseignement (MG) aux postes dans le secteur privé (MMod, MO, MIC, MIDS, ISIFAR).

Ces lignes directrices peuvent vous guider, mais il faut avoir à l'esprit que vos études vous conduisent surtout où vous voulez aller. Les responsables pédagogiques sont là pour accompagner votre projet personnel.

Préférences

Prenez en compte les matières que vous aimez travailler. Si vous aimez l'informatique ou les probabilités, choisissez un parcours qui en contient. Le plaisir à étudier est le meilleur gage de réussite. À l'inverse, il serait dommage de viser une spécialité dont seuls les débouchés vous attirent, vous risqueriez de perdre beaucoup de motivation à suivre cette illusion.

Les goûts évoluent durant les études, dans le même temps l'envie d'exercer ce que l'on connaît grandit : il faut garder à l'esprit que durant et à l'issue de l'année de M1, et en fonction de ses résultats, on peut toujours adapter son parcours.

Durée et financement

Tous les masters s'effectuent sur deux ans, sauf redoublement. Dans les faits, il faut aussi compter l'après-master :

  • pour les masters à visée professionnelle, les étudiants sont amenés à être embauchés directement à l'issue du master. Pour les masters MIC et Isifar, il est même possible d'être salarié dès le m2 dans le cadre d'un contrat d'alternance ou d'apprentissage.
  • pour le master agrégation, la réussite au concours donne immédiatement une affectation d'enseignant (et une titularisation de fonctionnaire l'année suivante). En cas d'échec au concours, il faut être prêt à retenter l'année suivante, où à changer d'orientation.
  • pour les masters qui ouvrent à la recherche, il faut obtenir un financement de thèse à l'issue du m2. Une thèse s'effectue sur 3 ans.